Et maintenant, savez-vous une chose, monsieur , Dites, mon prince. C'est que je n'écouterai plus rien de vous que hors de la Bastille. J'allais dire à Votre Altesse Royale que je n'aurai plus l'honneur de la voir qu'une fois. Quand cela , Le jour où mon prince sortira de ces murailles noires. Dieu vous entende ! Comment me préviendrez-vous , En venant ici vous chercher. Vous-même , Mon prince, ne quittez cette chambre qu'avec moi, ou, si l'on vous contraint en mon absence, rappelez-vous que ce ne sera pas de ma part. Ainsi, pas un mot à qui que ce soit, si ce n'est à vous , Si ce n'est à moi. sac a main imitation longchamp Aramis s'inclina profondément. Le prince lui tendit la main. Monsieur, dit-il avec un accent qui jaillissait du cur, j'ai un dernier mot à vous dire. Si vous vous êtes adressé à moi pour me perdre, si vous n'avez été qu'un instrument aux mains de mes ennemis, si de notre conférence, dans laquelle vous avez sondé mon cur il résulte pour moi quelque chose de pire que la captivité, c'est-à-dire la mort, eh bien ! soyez béni, car vous aurez terminé mes peines et fait succéder le calme aux fiévreuses tortures dont je suis dévoré depuis huit ans. Monseigneur, attendez pour me juger, dit Aramis. J'ai dit que je vous bénissais et que je vous pardonnais. Si, au contraire, vous êtes venu pour me rendre la place que Dieu m'avait destinée au soleil de la fortune et de la gloire, si, grâce à vous, je puis vivre dans la mémoire des hommes, et faire honneur à ma race par quelques faits illustres ou quelques services rendus à mes peuples, si, du dernier rang où je languis, je m'élève au faîte des honneurs, soutenu par votre main généreuse, eh bien ! à vous que je bénis et que je remercie, à vous la moitié de ma puissance et de ma gloire ! Vous serez encore trop peu payé ; votre part sera toujours incomplète, car jamais je ne réussirai à partager avec vous tout ce bonheur que vous m'aurez donné. sac longchamp taille m Chapitre CCVII Prisonnier 92 Page 98 Le Vicomte de Bragelonne, Tome IV. Monseigneur, dit Aramis ému de la pâleur et de l'élan du jeune homme, votre noblesse de cur me pénètre de joie et d'admiration. Ce n'est pas à vous de me remercier, ce sera surtout aux peuples que vous rendrez heureux, à vos descendants que vous rendrez illustres. Oui, je vous aurai donné plus que la vie, je vous donnerai l'immortalité. Le jeune homme tendit la main à Aramis : celui-ci la baisa en s'agenouillant. Oh ! s'écria le prince avec une modestie charmante. C'est le premier hommage rendu à notre roi futur, dit Aramis. sac longchamp moins cher Quand je vous reverrai, je dirai : « Bonjour, Sire ! » Jusque-là, s'écria le jeune homme en appuyant ses doigts blancs et amaigris sur son cur, jusque-là plus de rêves, plus de chocs à ma vie ; elle se briserait ! oh ! monsieur, que ma prison est petite et que cette fenêtre est basse, que ces portes sont étroites ! Comment tant d'orgueil, tant de splendeur, tant de félicité a-t-il pu passer par là et tenir ici , Votre Altesse Royale me rend fier, dit Aramis, puisqu'elle prétend que c'est moi qui ai apporté tout cela. Il heurta aussitôt la porte. Le geôlier vint ouvrir avec Baisemeaux, qui, dévoré d'inquiétude et de crainte, commençait à écouter malgré lui à la porte de la chambre. Heureusement ni l'un ni l'autre des deux interlocuteurs n'avait oublié d'étouffer sa voix, même dans les plus hardis élans de la passion. Quelle confession ! dit le gouverneur en essayant de rire ; croirait-on jamais qu'un reclus, un homme presque mort, ait commis des péchés si nombreux et si longs , Aramis se tut. Il avait hâte de sortir de la Bastille, où le secret qui l'accablait doublait le poids des murailles. Quand ils furent arrivés chez Baisemeaux : Causons affaires, mon cher gouverneur, dit Aramis.